Écriture, chapitre 3 : To be or not to be (Création de personnages)

Bien le bonjour, mes p’tits Michels. Comment allez-vous ? Nous nous retrouvons aujourd’hui pour la suite de l’épopée de Cunégonde et des chèvres douées de parole ! Si vous lisez cet article, alors vous avez sans doute commencé l’aventure de la création de tout un univers. Ou vous êtes simplement curieux de savoir ce qu’il arrive à Cunégonde dans le chapitre 3.

… Ou encore, Google vous a mené ici alors que vous aviez juste tapé « J’ai laissé le gaz ouvert, que faire ? »… Dans ce cas, retournez immédiatement chez vous.

L’article d’aujourd’hui va se concentrer sur la création de vos personnages. Comme d’habitude, on vous propose nos méthodes, mais rien ne vous empêche de travailler différemment !

Chez LWS, nous avons deux façons de faire

La Méthode Psychopathe, Utilisée par Elena (coucou, c’est moi).
La Méthode No Pressure, préférée par Clémence (qui me laisse le soin de rédiger l’entièreté de cet article, vous allez comprendre pourquoi).

  • La Méthode No Pressure

Si votre truc, c’est laisser faire l’inspiration du moment, la MNP est pour vous. Aucune contrainte ! Vous savez que votre personnage principal sera une princesse enfermée dans une tour, et c’est déjà bien.

Pour apporter un peu de profondeur à votre personnage, l’idée est de puiser en vous-même. C’est la façon la plus simple de rendre crédible la personnalité/le caractère d’un personnage.

Appuyez-vous sur votre expérience, vos qualités et vos défauts, mais aussi sur le caractère des personnes de votre entourage. Parfois, il ne faut pas chercher bien loin !

Ensuite, si vous souhaitez mettre un visage sur votre personnage, une petite recherche sur Internet vous aidera certainement à trouver un faciès proche de celui que vous imaginez.

Je vous conseille les sites suivants : Pinterest, Deviantart, Weheartit... ou tout simplement Google Image.

Vous pouvez vous amuser à créer un album spécial « personnages », afin d’y revenir de temps en temps pour chercher l’inspiration. (Ça marche aussi pour les images de paysages, etc., d’ailleurs !)

Lorsque vous allez écrire votre roman, même si vous n’avez qu’une simple idée de comment seront vos personnages, ceux-ci évolueront obligatoirement tout au long de l’histoire, ce qui fait que vous pourrez développer sur le tas leur personnalité. Attention tout de même aux incohérences !

Petite astuce : dès qu’un de vos personnages se retrouve avec un signe physique distinctif ou une certaine manière d’être, notez tout ça sur un post-it, histoire de ne pas oublier, 4 chapitres plus tard, que Cunégonde avait de grands pieds et qu’elle était rousse.

Vous l’aurez compris, cette méthode, c’est pour les amoureux du bordel, les personnes pas stressées et les téméraires créatifs. Si toutefois, vous souhaitez développer vos personnages jusqu’à leur moelle, vous pouvez continuer votre lecture…

  • La Méthode Psychopathe

La MP, c’est pour les tarés du détail.

Si, un jour, vous devez fuir le pays et changer d’identité pour d’obscures raisons, la MP vous permettra de piocher dans vos fiches personnages afin de créer vous-même une toute nouvelle identité. Et j’exagère à peine !

Il y a trois choses que j’aime par-dessus tout, dans l’écriture : écrire les dialogues, développer mon univers, et créer mes personnages.

Pour cette dernière, je vous propose tout un tas de petites astuces pour rendre vos personnages uniques, avec un background du feu de Dieu !

À noter que c’est une méthode qui ne vous aidera pas à aller plus vite dans l’écriture de votre roman, au contraire, puisqu’elle vous fera plancher encore plus !

 

I – Identité du personnage.

Commençons par la chose la plus basique à laquelle penser : les noms de vos personnages (à supposer que votre univers permette quelques excentricités) :

Si vous n’êtes pas inspiré, voici quelques astuces :

A. Prenez le premier prénom basique qui vous vient en tête, et transformez-le.

Exemple : Michelle -> Chelimel -> Imelle -> Chime -> Lemiel, etc.

Voilà, vous avez maintenant plusieurs choix pour un prénom unique et fantaisiste !

 

B. Internet

Ah, quel merveilleux outil !

Si l’anglais ne vous dérange pas, je vous propose les sites suivants (ce sont des générateurs) :

 

C. Le tiroir à prénoms.

Lorsque j’ai réellement commencé à écrire, il y a une quinzaine d’années, je cherchais un prénom pour un de mes personnages. Pour m’aider, j’ai fait une liste de noms qui me plaisaient.

J’ai gardé cette liste, et je l’ai appelée mon « tiroir à prénoms ». Elle se trouve dans un carnet dédié, partagé en 3 parties :

  • Les noms féminins.
  • Les noms masculins.
  • Les noms mixtes.

J’ai étoffé cette liste tout au long de ma vie d’auteure. Chaque fois que j’entends un prénom qui me plait, je le note. Je ne m’en servirais peut-être jamais, mais lorsque je dois développer un nouveau personnage et que je n’ai pas vraiment d’idée pour son nom, je pioche dans mon tiroir.

Je vous assure que c’est HYPER pratique !

 

II- Physique du personnage

 

Pour cette partie-là, j’ai de la chance d’avoir un assez bon coup de crayon, ce qui fait que dès que j’ai une idée de comment pourrait être physiquement mon personnage, je prends mon carnet et je le croque (voici par exemple un croquis rapide réalisé pour la création d’un de mes tout derniers personnages).

Mais, on va pas se mentir, dessiner, c’est quand même galère !

J’en reviens donc à Deviantart et consorts. N’hésitez pas à faire des albums spéciaux, ou même à prendre une photo de votre star préférée. Après tout, pourquoi Cunégonde ne pourrait-elle pas ressembler à Julia Roberts ?

Important : (et ce conseil s’applique pour tous les aspects du développement de votre personnage) Rendez chaque personnage unique. Donnez-leur des particularités physiques et/ou psychologiques. Évitez les personnages lisses.

  • Prenez vos personnages à contre-courant

    Par exemple, je reviens sur le personnage du dessin un peu plus haut : Il s’appelle Yarod, c’est un orc. Il est bègue, mais rêve de devenir barde. Il est aussi aquaphobe. Des petits détails, qui, à mon sens, rendent le personnage plutôt insolite et original.

III- Le caractère et le développement du personnage

En règle générale, j’impose 5 qualités et 5 défauts à chacun de mes personnages.

Pour en décider, plusieurs façons de faire :

La méthode Sims : Vous connaissez le jeu de simulation de vie « Les Sims » ? Eh bien, la liste des traits de caractère pourrait peut-être vous aider !

La méthode du questionnaire : Découverte sur ce site, (désolée, c’est en anglais). Grâce à cela, vous pourrez répondre à des questions assez précises sur vos personnages. Ce genre de questionnaires aide vraiment à développer quelque chose de réaliste !

L’alignement Donjons & Dragons : Cette astuce, je l’utilise systématiquement ! D&D est un jeu de rôle sur table qui s’appuie sur l’alignement, qui est une « classification sommaire de la moralité et de l’état d’esprit d’un personnage, dans le but d’enrichir sa personnalité et, par extension, aider à son interprétation. » (source : Wikipedia)

Voilà comment le tableau se présente :

Loyal bon (LB)

« croisé »

Neutre bon (NB)

« bienfaiteur »

Chaotique bon (CB)

« rebelle »

Loyal neutre (LN)

« juge »

Neutre (N)

« Réconciliateur »

Chaotique neutre (CN)

« esprit libre »

Loyal mauvais (LM)

« dominateur »

Neutre mauvais (NM)

« malfaisant »

Chaotique mauvais (CM)

« destructeur »

Pour comprendre de quoi il s’agit, je vous invite à visiter le wiki D&D (c’est très simple à comprendre, no stress !)

 

IV – La fiche détaillée

Maintenant que vous possédez pas mal d’éléments, je vous propose ma fiche personnage type, pour vous aider à organiser tout ça !

Voici la fiche de mon orc Yarod, pour vous donner un aperçu :

Vous pouvez télécharger la fiche vierge à imprimer

Et vous, comment créez-vous vos personnages ?

Quel est le personnage le plus insolite que vous avez créé ?

 

 

 

1 réponse
  1. Syl
    Syl dit :

    Je suis totalement Méthode No Pressure, et ce depuis des années ! J’ai aussi plusieurs dossiers, l’un contenant des images un peu fourretout, et d’autres – un pour chaque roman/fic/OS/truc – avec un portrait de mes personnages 😀 La plupart, je les ai redessiné moi-même pour leur donner justement les marques distinctives auxquelles je pense 😉
    Ceci-dit, je dois avouer que certaines petites astuces de la méthodes Psychopathe m’intéressent, je vais certainement en chiper 😛
    Encore un article génial, merci pour ça :3

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *